La batterie de Parilly et la batterie de Lessivas : batteries annexes du Fort de Bron

Afin de compléter le dispositif de défense de la plaine de l’Est lyonnais, l’État-major décide en 1877 de construire deux batteries en appui du Fort de Bron. La batterie de Parilly sera érigée au sud de la commune et la batterie de Lessivas au nord.

La batterie de Parilly

En 1877, les vignes et des champs labourés occupe le site de Parilly. Du haut des 215 mètres d’altitude, la vue est alors très dégagée. L’implantation d’une batterie sur ce site a pour but d’arrêter un ennemi qui arriverait par la route d’Heyrieux, de couvrir les pentes qui échappent à la vue du Fort de Bron et de diriger le feu des canons vers les voies ferrées existantes dans la plaine.

Localisation du Fort de Bron et des deux batteries annexes

Les travaux de construction sont adjugés le 27 décembre 1877 à des entrepreneurs de la région, Jacques Lacour et Joseph Girard. Printemps 1878, après l’expropriation des propriétaires des terrains, le chantier démarre. Les travaux se terminent en 1880.

plan batterie de Parilly, batterie annexe du Fort de Bron
Plan  d’après « Camp retranché de Lyon » Capitaine Perroux 1883(Arch. FdB)

La batterie peut alors accueillir 150 hommes. L’enceinte ovale protège une caserne de cinq chambrées pouvant accueillir 150 hommes, une cuisine, un puits d’un débit de 13 m³ par jour et un entrepôt à poudre. Son armement est doté de 7 canons de 120.

Batterie de Parilly – occupation des lieux

Quelques bornes de servitude militaire, balises en pierre, délimitent encore les terrains acquis par l’armée autour de la  fortification lors de la construction.

Borne de servitude de la batterie annexe de Parilly
Borne de servitude de la batterie de Parilly – © GC -AFDB

Lors de la Première Guerre mondiale, la batterie de Parilly abrite des militaires. Elle est ensuite déclassée en septembre 1923.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, nommée la « 121e  batterie », elle est intégrée à la  Défense aérienne du territoire dont l’État-major est installé au Fort de Bron. Un blockhaus ayant été rajouté, elle participe à la défense de l’aéroport de Bron équipée d’un canon de 75. Lors des bombardements allemands du 10 mai 1940, la défense aérienne de Lyon  abat un bombardier bimoteur Allemand, un Heinkel 111dont les 5 membres d’équipage  sont faits prisonniers .  Par tirage au sort, c’est la batterie de Bron-Parilly, qui se voit attribuer une victoire. Voir « le Guichet du savoir- Bibliothèque Municipale de Lyon« 

Après la guerre, l’armée met les casemates à disposition de l’association des Amitiés africaines, pour servir de logements à plusieurs familles. Le département du Rhône rachète l’ouvrage en 1958, afin d’intégrer les terrains au parc de Parilly. Les bâtiments sont ensuite en partie détruits (voir photo aérienne ci-dessous en 1962) avant d’être enfouis sous terre.

Sur la photo aérienne de 1962, il est facile de repérer les lieux du casernement, du magasin à poudre et les cinq traverses-abris flanquées de leurs bras de traverse.

La batterie de Parilly en 1962 – source : Géoportail

En juin 1998, une visite exceptionnelle menée par M Pascal Goubier, le directeur du Parc de Parilly, offre un aperçu des locaux enfouis sous la terre  à un groupe de riverains et de membres de l’association du Fort de Bron. La descente s’est faite par un trou d’accès au niveau d’une évacuation d’artillerie. Voir l’article du Progrès du 7 juin 1998

Intérieur de la batterie annexe de Parilly
Aperçu des locaux enfouis sous terre (juin 1998 ). © R. Pellegrini

Un couloir d’une soixantaine de mètres conduit au magasin à poudre. Un escalier peu praticable permet d’atteindre les plus grandes salles.

Intérieur de la batterie annexe de Parilly
Aperçu des locaux enfouis sous terre (juin 1998 ). © R. Pellegrini

Actuellement le promeneur du parc de Parilly retrouve les vestiges de cette ancienne batterie près du château d’eau qui domine le parc.

Vestige de la batterie annexe de Parilly dans le parc de Parilly.
Vestiges de la batterie dans le parc de Parilly – © GC -AFDB
Le monticule, emplacement de l’ancienne batterie – au premier plan, une borne de servitude©GC -AFDB

La batterie de Lessignas (ou de Lessivas)

Placée sur le plateau de Bron, au Nord du Fort, cette batterie, construite entre 1878 et 1880, a pour but  d’étendre la défense sur la plaine de l’Est lyonnais. Sa conception est très proche de celle de Parilly.

Le casernement est prévu pour une garnison de 150 hommes.

Son armement, approuvé le 25 juillet 1880, prévoit 7 canons de 120. Sur le flanc gauche, 3 pièces d’artillerie couvrent la plaine en avant de Cusset. De face, 3 autres canons pointent sur Chassieu et Décines. La route de Chambéry est couverte par 2 pièces d’artillerie placées sur le flanc droit.

Plan de la batterie de Lessivas.
Croquis d’exécution de la batterie de Lessignas – Arch. AFdB

« Les contrescarpes des batteries de Lessignas et de Parilly, ont été creusées dans un terrain exceptionnellement compact. il est constitué par des couches de graviers enveloppés d’argile ou de sable fortement tassé. On a point fait de revêtement. Les terres ont été maintenues à l’inclinaison de 3/1. Une double haie de troènes a été plantée à 0,30m du sommet des contrescarpes afin de maintenir les terres végétales des couches superficielles. … » – Le capitaine du Génie Nègre le 23 décembre 1879 – Archives AFdB

Plan de la zone des servitudes de la batterie de Lessivas.
Plan de délimitation de la zone de servitude -rapport 21 mai 1924- carte 1892- Arch. AFdB

Durant la Première Guerre mondiale, les chambrées  abritent  des troupes affectées à la nouvelle base aérienne implantée sur le glacis du Fort de Bron. Les casemates serviront également de logements après la Seconde Guerre mondiale.

Actuellement les vestiges de la batterie sont enfouis sous les espaces verts d’une copropriété construite entre 1966 et 1970 nommée « le Lessivas », le nom gardant ainsi la mémoire de ce lieu historique.