Pour franchir la seule entrée du Fort de Bron située à l’opposé de la zone protégée par l’artillerie du fort, le visiteur devait emprunter un chemin légèrement pentu et sans obstacle permettant à des soldats ennemis de se dissimuler. Ce chemin est coudé, afin d’éviter d’être en enfilade avec l’entrée. Il était protégé par un petit fortin appelé RAVELIN.

Le RAVELIN placé à coté du pont dormant est situé en haut du talus à pente douce prenant appui sur le mur de contrescarpe.

De nos jours, le visiteur doit traverser le pont dormant qui enjambe les fossés du coté de la gorge. Le visiteur fait alors face à l’entrée dont la façade et le soubassement font saillie sur la courtine.

La façade de la porte d’entrée

La façade est volontairement monumentale signifiant l’intérêt qui est donné à cet ouvrage militaire. Pour le soldat, cette construction neuve, devait produire une impression de force et de discipline. Ce sentiment est renforcé par l’effet horizontal de l’alignement des pierres de taille et des entablements. Les pierres taillées ont pour origine les carrières de  Couzon-au-Mont d’Or et de Trept (Isère).

Photo prise du chemin de ronde. la photo montre la façade de l'entrée de profil en saillie sur la courtine. Le pont dormant et sa balustrade visibles au dessus du fossé.

Les éléments caractéristiques de la façade:

  • La baie en plein cintre de la porte d’entrée s’ouvre dans une niche rectangulaire encadrée sur les cotés par deux gros pilastres appareillés en « bossage rustique et refend » posés sur leur support.
Gros plan sur le support d'un pilastre. Les pierres taillées en bossage sont bien visibles.
Pilastre et son support
La baie de l'entrée du Fort de Bron est  encadrée par deux pilastres .
La baie de l’entrée encadrée par deux pilastres (Fort de Bron)
  • La baie du porche d’entrée est soulignée par les pierres taillées en rouleau, un élément exceptionnel pour des forts de cette période, structure que l’on pourrait rapprocher des porches des monuments religieux.
La photo fait un gros plan sur Les pierres taillées en rouleau de la partie supérieure de l'arc en plein cintre.
Élément de l’arc en plein cintre
  • La plaque « FORT DE BRON » au fronton du porche affirme le nom du fort. Dès les projets de construction, les forts reçoivent un nom rattaché au site d’implantation de l’ouvrage (le plus souvent le nom du lieu-dit). A noter qu’en  1886-1887, le général Boulanger, alors ministre de la Guerre, décide d’attribuer aux casernes et aux forts des noms propres rappelant des militaires ou des batailles illustres. Le Fort de Bron reçoit alors le nom de « Fort Masséna » du nom du général français de la Révolution et de l’Empire, élevé à la dignité de maréchal  par Napoléon en 1804. Les deux dénominations du fort seront souvent citées ensemble dans les documents administratifs des années suivantes
La plaque de calcaire blanche  montre une inscription : "Fort de Bron"
Plaque avec nom du Fort
  • Des sortes de « modillons » avec des mâchicoulis factices supports de l’entablement surplombent la façade . Cette décoration crènelée est soulignée de rouge  grâce à la présence de la brique intercalée à la pierre.
La décoration crénelée de la partie supérieure de la façade de l'entrée Fort de Bron est soulignée par le présence des briques rouges.
La ferronnerie enserre le pilastre du Fort de Bron,
Ferronnerie du pilastre du Fort de Bron

La  grille d’entrée

Une grille à deux vantaux pivotants et barreaux arrondis,  armée de pics fait obstacle à l’entrée sous le porche. La couleur de cette grille a été modifiée au fil des années.

La grille de couleur rouge brique de l'entrée.  Les barreaux sont pointus à la partie supérieure. Une frise horizontale constituée de cercles décore la partie médiane de la grille.
Grille de l’entrée du Fort de Bron

Cette grille n’apparait pas dans la baie d’entrée des photos prises en 1900

Entrée du Fort de Bron en 1900 lors de la refection en béton armé du pont dormant.
Entrée du Fort de Bron en 1900 (Gallica). Cette partie du bâtiment est à cette époque recouvert de tuiles

Le pont glissant à effacement latéral

La grille franchie, le visiteur pénètre sous la voûte du vestibule d’entrée. Il met les pieds sur les planches d’un pont qui a la particularité de pouvoir s’effacer latéralement par une ouverture pratiquée en bas du mur gauche du vestibule (voir photo).  Les militaires peuvent déplacer le pont latéralement dans la salle de retrait en le tirant grâce à deux tiges métalliques munies d’une poignée. On aperçoit à droite de cette salle un escalier fermé par une grille qui donne accès au chemin de ronde.

Le pont se déplace sur des rouleaux en acier dans la salle de retrait jusqu’aux  butées prévues à cet effet.

Ainsi sous le porche, se crée un haha : fosse  isolant le vestibule d’entrée du  pont dormant.

La photo montre le dessous du pont glissant. Un Haha" est visible, c'est à dire une fosse entre le pont dormant et le vestibule d'entrée.

« Haha » (fosse entre le pont dormant et le vestibule d’entrée) sous le pont glissant.

La porte blindée

Après avoir traversé le vestibule, le visiteur se heurte à une porte blindée à deux vantaux, percée de six créneaux de fusillade. Une petite porte personnelle est incorporée dans le vantail de droite.

Rivet, gond et créneau
Porte blindée avec six créneaux de fusillade et un portillon ouvert (Fort de Bron)
Porte blindée avec créneaux de fusillade et portillon (Fort de Bron)

Arrivée dans la cour du Parados 

Sous le vestibule, à gauche sur la photo ci-dessous,  la porte qui devait être l’ancienne salle de garde, nommée aujourd’hui salle « Séré de Rivières », nom donné par l’association en hommage au Général Séré de Rivières ». Cette salle est actuellement utilisée pour les réunions des associations du Fort.

Le visiteur a franchi l’entrée et tous les obstacles. Il débouche dans la cour du Parados avant de poursuivre son périple dans le Fort.

Le vestibule d'entrée vu de la cour du Parados du Fort de Bron. Au premier plan , l'ouverture arrière du vestibule qui s'ouvre dans le mur formé de pierre taillée. Un bel arc autour de l'ouverture.
Le vestibule d’entrée vu de la cour du Parados du Fort de Bron